Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

LETTRE OUVERTE MAIRE GAILLAC et Communiqué

La Coordination Syndicale Départementale s’insurge contre l’attitude du Maire de Gaillac qui, malgré l’avis contraire de la totalité des représentants du personnel émis lors de 2 Comités Techniques Paritaires, impose l’annualisation du temps de travail à tous les agents de la Mairie et du C.C.A.S. Ces derniers avaient manifesté leur désaccord notamment lors de la grève du 20 décembre 2011 et demandé l’ouverture de négociations, encore dernièrement en remettant, le 1er février 2012, une lettre pétition.

Le Syndicat CGT dénonce cette attitude et le refus de concertation qui va à l’encontre des idées d’élus étant sensées être de « gauche » et développer « une politique sociale » (! !!) et s’en insurge.

La remise en cause des 35 heures hebdomadaires, la dénonciation unilatérale d’un accord collectif et le refus du dialogue social malgré les ouvertures faites par les élus du personnel semblent anticiper les décisions exprimées par le Président lors du sommet social du 18 janvier 2012 remettant en cause le droit du travail et l’expression des salariés. Cette démarche de vouloir imposer cette organisation du travail sans discussion et d’opposer les salariés du public à ceux du privé tend plus à une démarche populiste qui n’augure rien de bon pour l’avenir.

Nous souhaitons fortement qu’il soit rappelé à cette suppléante de député les idéaux défendus par Jean Jaurès, le respect du dialogue social ainsi que les conditions de travail respectueuses de la réglementation en vigueur.

Le syndicat CGT demande à nouveau le gel de cette annualisation du temps de travail, ainsi que l’annulation de la note de service du 3 février dernier émanant du D.G.S. et l’ouverture d’un véritable dialogue social avec les élus du personnel.


Voir ci après le document diffusé

PDF - 45 ko
Communiqué Presse
PDF - 823.8 ko
Lettre Ouverte
Site réalisé sous Spip Mentions légales -