Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

CANICULE - Conseils aux agents et employeurs pour éviter les coups de chaleur.

Lorsque les beaux jours arrivent nous sommes contents mais il convient de faire attention aux coups de chaleur.

Quelques recommandations pour les salariés :

  • À partir de 30 °C, soyez vigilant ! Au-dessus de 33 °C, vous pouvez être en danger.
  • Préserver sa santé et limiter les risques d’accident devient une priorité !
  • Lors de journées « inhabituellement chaudes », l’organisme est fortement sollicité. Modifier son comportement et adopter certains réflexes dans son quotidien permettent de mieux supporter cette nouvelle contrainte.
    — Prenez de bonnes habitudes, buvez régulièrement de l’eau,
    — Vêtements amples,
    — Couvrez vous la tête,
    — Conciliez « effort » et « confort ».
  • Surveillez votre hygiène de vie,
  • Faites attention à votre santé et aux premiers signes d’alerte.

Pour plus d’informations, consultez le document ci après édité par l’INRS (INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ ).

PDF - 1.1 Mo
Conseils INRS pour la Canicule

Comment prévenir les coups de chaleur ?

Il n’existe pas de définition réglementaire du travail à la chaleur. Toutefois, au-delà de 30°C pour une activité sédentaire, et 28°C pour un travail nécessitant une activité physique, la chaleur peut constituer un risque pour les salariés.

L’organisme a besoin d’un temps d’acclimatation pour s’habituer à la chaleur (9 à 12 jours) et les facteurs individuels (âge, état de santé) sont bien sûr déterminants. En tant qu’employeur, votre rôle est de réunir les conditions pour prévenir les coups de chaleur chez vos agents.

La prévention la plus efficace consiste à éviter ou au moins à limiter l’exposition à la chaleur. Pour cela il est possible d’agir sur l’organisation du travail (mise en place de pauses, limitation du travail physique, rotation des tâches, modification des horaires de travail…), l’information du personnel (sensibilisation et formation au risque,…), les moyens techniques (zone de repos climatisées, ventilation, mise à disposition d’eau fraîche,…).

Votre vigilance doit être accrue pour les saisonniers ou jeunes recrues qui n’ont pas encore les bonnes habitudes !

Pensez à vous hydrater régulièrement !


LA RESPONSABILITÉ DE L’EMPLOYEUR (CADRE JURIDIQUE DE RÉFÉRENCE)

Au regard des articles L. 4121-1 et suivants et articles R. 4121-1 et suivants du code du travail, les employeurs ont la responsabilité de prendre les mesures nécessaires visant à assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de leurs établissements, en tenant compte notamment des conditions climatiques. Des mesures plus ciblées sont aussi prévues.

Le décret n°2008-1382 du 19 décembre 2008, relatif à la protection des travailleurs exposés à des conditions climatiques particulières, a notamment complété l’article R. 4121-1 du code du travail. Celui-ci prévoit désormais que tout employeur doit prendre en considération les « ambiances thermiques », dont le risque de « fortes chaleurs », dans le cadre de sa démarche d’évaluation des risques, de l’élaboration du Document Unique d’Évaluation des Risques (DUER), et de la mise en œuvre d’un plan d’actions prévoyant des mesures correctives

Voir la Fiche n° 5 de la Circulaire : http://circulaires.legifrance.gouv....

PDF - 426.5 ko
Circulaire Canicule 2015

Mesures à appliquer pour les employeurs

FACTEURS DE RISQUE LIES AU TRAVAIL

  • Travail dans des bureaux et espaces installés dans des bâtiments à forte inertie thermique.
  • Travail physique exigeant : manutentions lourdes et/ou très rapides.
  • Pauses de récupération insuffisantes.
  • Exposition directe au soleil pendant les heures les plus chaudes.
  • Port de vêtements de travail empêchant l’évaporation de la sueur.
  • Chaleur dégagée par les machines, les produits et les procédés de travail. Facteurs liés à certains types de travaux (ex : pour les couvreurs risque d’augmentation de la chaleur due aux surfaces réfléchissantes)
  • Utilisation de produits chimiques : solvants, peintures, etc.

Afin de limiter les accidents du travail liés aux conditions climatiques, quelques mesures simples doivent s’imposer aux employeurs. C’est en ce sens qu’a été publié le décret n° 2008-1 382 du 19 décembre 2008 relatif à la protection des travailleurs exposés à des conditions climatiques particulières.

Désormais, tout employeur doit :

  • Intégrer au « document unique » les risques liés aux ambiances thermiques ;
  • Dans le secteur ou les activités du BTP, mettre à la disposition des travailleurs un local de repos adapté aux conditions climatiques ou aménager le chantier de manière à permettre l’organisation de pauses dans des conditions de sécurité équivalentes.

NIVEAU DE VEILLE SAISONNIÈRE

  • Mettre en place des adaptations techniques permettant de limiter les effets de la chaleur.
  • Prévoir des sources d’eau potable fraîche à proximité des postes de travail en quantité et en qualité suffi sante.
  • Mettre en place une ventilation des locaux de travail correcte et conforme à la réglementation.
  • Prévoir des aides mécaniques à la manutention.
  • Surveiller la température ambiante.
  • Afficher dans un endroit accessible à tous les salariés le document établi par le médecin du travail.

NIVEAU D’AVERTISSEMENT CHALEUR ET D’ALERTE CANICULE

  • Vérifier que les adaptations techniques permettant de limiter les effets de la chaleur ont été mises en place :
    — Vérifier que des sources d’eau potable fraîche sont effectivement mises à la disposition des salariés à proximité des postes de travail, en quantité et en qualité suffi sante.
    — Vérifier que la ventilation des locaux de travail est correcte et conforme à la réglementation.
    — Favoriser l’utilisation d’aides mécaniques à la manutention.
    — Prévoir des pauses régulières et, si nécessaire, veiller à aménager les horaires de travail.
    — Surveiller la température ambiante.
    — Informer tous les travailleurs potentiellement exposés des risques, des moyens de prévention, des signes et symptômes du coup de chaleur.
    — Informer les CHSCT et les institutions représentatives du personnel des recommandations à mettre en œuvre en cas d’exposition aux fortes chaleurs.

NIVEAU DE MOBILISATION MAXIMALE

  • Dans l’hypothèse où l’activité peut être maintenue, il appartient à l’employeur de :
    — S’assurer, par le biais de contrôles réguliers, du caractère fonctionnel des adaptations techniques mises en place afi n de limiter les effets de la chaleur. Revoir l’organisation du travail afi n de réduire les cadences si nécessaire, de limiter au maximum les manutentions manuelles, etc.
    — Prévoir, en toute hypothèse, une organisation du travail permettant au salarié d’adapter son rythme de travail selon sa tolérance à la chaleur.
    — Afficher les recommandations à suivre pour les salariés prévues au niveau du plan d’action.
    — Adapter les horaires de travail dans la mesure du possible : début d’activité plus matinal, suppression des équipes d’après-midi, etc.
    — Au cas où l’activité ne peut être interrompue : organiser des pauses et prévoir l’augmentation de leur cadence et/ou de leur nombre et/ou de leur durée aux heures les plus chaudes, si possible dans une salle plus fraîche.
    — S’assurer que le port des protections individuelles est compatible avec les fortes chaleurs.
    — Pour les employeurs, évacuer les locaux climatisés si la température intérieure atteint ou dépasse 34 °C en cas de défaut prolongé du renouvellement d’air (recommandation CNAM R.226).
Site réalisé sous Spip Mentions légales -